J’aime les vieux escaliers qui grincent

Vous le savez peut-être : entre sa période royaumes et sa période socialiste, la Birmanie a été anglaise pendant 125 ans.1

George Orwell y était notamment policier, et si ça vous intéresse il y a un super livre sur cette période de sa vie qui a inspiré Burmese Days (aux éditions Olizane à Genève).

Je crois que les Birmans gardent un souvenir mitigé de toute l’histoire, mais moi, je suis bien content que les Anglais les aient colonisés.

Pourquoi ?

Parce que, et j’ai longtemps gardé secret cet aspect de ma personnalité, j’adore les vieux bâtiments coloniaux.

Je voulais donc partager avec vous cet amour en photos :

 

Un vieil escalier qui grince

 

Des catelles importées directement de Manchester !

 

C’est tout !

 

Et vous, qu’est-ce que vous aimez en secret (à part eaudepoisson.com) ?

Bisous 😘

Robin

 

 

 

1 Une brève histoire de la Birmanie (édition spéciale grand-papa Claude)

  • Les premières Cité-États émergent en Birmanie autour du 2e siècle. Vers le 10e siècle, l’une d’elles, Bagan, absorbe les états alentours et unifie pour la première fois la région centrale de la Birmanie.
  • À la chute de Bagan à la fin du 13e siècle, plein de petits royaumes fragmentés règnent successivement jusqu’au 16e siècle, quand la dynastie Taungû (le second empire birman) réunifie la région.
  • Cet empire devient même le plus puissant d’Asie du Sud-Est après sa conquête du royaume d’Ayutthaya (Thaïlande actuelle).
  • Peu de temps après, les anglais débarquent et règnent pendant 125 ans (1824-1948).
  • 1962, coup d’état. Le général Ne Win prend le contrôle et met en place un système socialiste. L’économie s’effondre et le pays est en ruines. En 1988, des millions de personnes manifestent pour la démocratie en 1988. Ne Win menace d’envoyer l’armée et dit que « si l’armée tire, elle n’a pas pour tradition de tirer en l’air. Elle tire pour tuer. » On estime entre 3’000 et 10’000 victimes.
  • Au final, Ne Win est quand-même remplacé par une junte militaire autoritaire abréviée SLORC. Elle déplace la capitale de Yangon à Naypyiday, une nouvelle ville construite pour l’occasion.
  • En 2011, le général Thein Sein du SLORC change de titre et devient président de la nouvelle République de l’Union du Myanmar.
  • En 2016, le parti d’Aung San Suu Kyi (prononcer « tchi »), la Ligue Nationale pour la Démocratie, gagne les élections parlementaires. Htin Kyaw devient président, parce que la constitution écrite par la junte empêche Suu Kyi d’être présidente à cause de son mari anglais. Malgré tout, elle est quand-même considérée présidente.
  • Le président actuel (sur le papier) s’appelle Win Myint, Htin Kyaw a démissionné il y a quelques mois pour raisons de santé.
  • La suite reste à écrire !
2 réponses
  1. Greg dit :

    On dirait même qu’il y a des vieilles voitures coloniales qui grincent 😉

    [Moi, j’aime en secret l’odeur de la terre après la pluie, mais chut! ne le dis à personne!]

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.