La panne

Ce matin, avec Robin et Clara, on s’est levés très tôt pour prendre l’autobus. Robin c’est mon frère, il a des tas de cheveux, il aime les petits chats, le café et les vieux bâtiments moches, mais lui il les trouve beaux, les bâtiments, et quand on dit qu’ils sont moches ça fait des histoires.

Clara c’est sa copine qui ressemble un peu aux gens d’ici mais en plus clair, et les gens d’ici lui parlent des fois dans leur langue mais elle comprend pas et les gens deviennent tout rouges et sont bien gênés. Elle aime bien nettoyer ses lunettes, Clara, et quand elle dit quelque chose à Robin, il le fait toujours sans trop discuter.

On va prendre l’autobus car on va un peu en bas à droite sur la carte, à Hpa An, un endroit très beau quand il pleut pas mais il pleut souvent.

Quand on est arrivés à la station, il y avait des tas d’autobus partout et un monsieur nous a montré notre autobus, il était chouette comme tout notre autobus, rouge comme l’auto de mémé (qui est la maman de maman), avec des tas de sièges dedans et même un poste de télévision.

Dans l’autobus, j’avais deux sièges pour moi tout seul, j’étais drôlement content.

On est partis et un peu plus tard, on s’est arrêtés et un gros monsieur est monté et est venu s’asseoir à côté de moi. Quand il ne dormait pas, il n’arrêtait pas de machouiller des feuilles1 en faisant chouic chouic. Il avait les dents toutes rouges et j’aurais bien aimé lui expliquer, au monsieur, qu’il avait l’air d’un crétin, mais il n’avait pas l’air de comprendre, le monsieur.

Le poste de télévision diffusait un spectacle avec quatre guignols avec des serviettes2 autour de la taille qui parlaient très fort mais on comprenait rien du tout, et des gens du bus rigolaient beaucoup et très fort.

Au bout d’un moment, ça a commencé à sentir mauvais dans l’autobus alors on s’est arrêtés au bord de la route et tout le monde a fait roooooh. Le chauffeur et ses copains sont descendus et sont allés derrière l’autobus, ils ont ouvert une porte et parlaient en agitant les bras en l’air. À un moment, le chauffeur est parti sans rien dire et on est tous restés là au bord de la route comme des imbéciles sans savoir quoi faire.

Il y avait un petit restaurant au bord de la route alors on est allés boire un café, parce que maman dit que je suis un homme maintenant et que je peux en boire, du café.

Il y avait que du café dans des petits sachets en plastique, et Robin était pas content et a dit qu’il en avait marre et que si c’était comme ça il préférait ne pas en boire, de café, mais Clara lui a dit d’arrêter de se plaindre et que c’était déjà assez pénible comme ça d’être coincés au milieu de nulle part pour encore avoir à subir sa mauvaise humeur. Alors, Robin a bu le café et a dit que bon, ça allait pour cette fois.

Comme on s’ennuyait un peu on a dessiné des tas de grands ronds avec des petits ronds dedans et parfois des traits et on disait que c’était des tas de mexicains vus du ciel qui faisaient des tas de choses.

Après un long moment le chauffeur est revenu et a mis un morceau de plastique dans le moteur et nous a fait pleins de pouces en l’air en disant oké oké, et tout le monde a fait aaaaah, et on a pu repartir. Heureusement parce que nous, on commençait à avoir peur de ne pas arriver à Hpa An avant le soir et de ne pas pouvoir regarder le Petit Nicolas et c’est pas juste parce que ça doit pas être toujours les mêmes qui peuvent pas voir un chouette film quand ils en ont envie, c’est vrai quoi à la fin.

Pas longtemps après, ça a recommencé à sentir mauvais alors le chauffeur a dit qu’on allait s’arrêter pour manger et il est vite descendu pour arroser son autobus avec un tuyau et il y avait des tas de fumée partout, c’était terrible.

 

*

 

1 Feuilles à mâcher : Bétel, feuille stimulante qui se mâche (un peu comme le khat) avec de la noix de bétel qui donne une couleur rouge à la salive et aux dents. Beaucoup de birmans en consomment et recrachent ensuite de jolies petites flaques rouges un peu partout au bord des routes.

2 Serviette autour de la taille : Longyi, habit traditionnel birman ressemblant à un pareo qu’on porte autour de la taille. Encore aujourd’hui, peu d’hommes ne le portent pas.

 

 

À tous mes lecteurs (lâchez vos com’s),

7 réponses
  1. Souad dit :

    J’ai eu de la peine à arriver au bout… tellement j’ai pleuré de rire à chaque paragraphe! Et ça a fait des grosses gouttes sur mon ordi et j’arrivais plus à scroller et Greg en a profité pour piquer mon téléphone et me prendre en photo, arghhh.
    En tous cas, si tu vois dans un an que la HETS n’est pas ton truc, tu pourras toujours envisager la succession de Goscinny 😉
    Plein de bises de la maman dont la maman n’a plus d’auto rouge depuis un an mais une noire…

    Répondre
  2. Claude dit :

    Merci pour toutes vos bonnes nouvelles… elles nous font aussi bien rire !

    mais le petit Nicolas a bien grandi maintenant, dommage

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.