Chiang Mai, épisode 4 : apprendre le thaï 🇹🇭

Après deux mois à Chiang Mai sans parler un mot de thaï de plus que « bonjour » (sà-wàt-dii) et « merci » (khòrp-khun), on avait décidé qu’il était temps de nous y mettre.

On a cherché des écoles de thaï pour farang en ville. Farang, ça veut dire « étranger blanc » : un troisième mot qu’on connaissait déjà.

Il y a beaucoup de farangs à Chiang Mai, donc il y a beaucoup d’écoles.

Certaines d’entre elles permettent de demander un visa thaï étudiant d’un an ; c’est la stratégie qu’adoptent certains farangs pour rester en Thaïlande à long-terme.

 

Difficultés au YMCA

On a choisi de prendre des cours au YMCA.

L’école ne rend pas éligible pour un visa d’étudiant, mais où les cours sont pas trop chers et surtout se déroulent à deux minutes à vélo de chez nous. Pratique, puisqu’on y allait trois fois par semaine les lundis, mercredis, et vendredis.

Malheureusement, dès le premier cours, on s’est rendus compte que les cours ne nous correspondaient pas beaucoup.

Pratique de la prononciation au YMCA

 

On était 6 débutants dans la salle de classe, et notre prof passait les deux heures de chaque cours à nous faire répéter à tous les mêmes phrases, les uns après les autres :

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sac.

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sac.

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sac.

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sac.

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sac.

– Qu’est-ce que c’est ?
– Ceci est un sach.
– Un saC.
– Ceci est un sac.

 

… génial, non ?

On a tenu un mois.

Le cours ne s’est pas amélioré et notre niveau de thaï stagnait. On était toujours incapables de parler avec des gens qu’on croisait dans la rue (ou plutôt dans des cafés), sauf s’il fallait poser la question : « Qu’est-ce que c’est ? » (pas très souvent, si vous vous demandiez).

Quand on est revenus de Hong Kong fin août, on a décidé de changer d’école.

 

Apprendre avec MaPrang

Notre nouvelle prof de thaï s’appelle MaPrang.

Après des années d’enseignement dans une grande école, elle a décidé d’ouvrir la sienne, à mi-chemin entre une école et du tutorat, avec sa propre méthode de langue.

Sa petite salle de classe, confortable et climatisée, est littéralement au pied de notre immeuble, de 1 à 5 minutes à pied selon le temps qu’on attend l’ascenseur.

L’école de MaPrang

 

Elle n’enseigne qu’à des petits groupes privés, parce que ça lui permet de mieux adapter ses cours à ses élèves. On n’est que nous deux dans notre cours, les mardis et vendredis après-midi de 15h à 17h.

Dès le premier jour, MaPrang nous encourage à pratiquer dans des situations réelles : quand on va boire un café, quand on va au marché…

Par exemple, quelques phrases utiles :

  • On aimerait un latte et une Aeropress : ao la-tê rórn nùeng kâew kàp ae-lo-pess rórn nùeng kâew khráp
  • Combien le riz collant à la mangue ? : khâaw niǎaw má-mûang tao-rai khráp
  • Je viens de Suisse, mais j’habite à Chiang Mai : phǒm maa jàak pra-thêet swi-se-laan tae-wâa torn-níi yùu chiang-mài khráp

Grâce à MaPrang, on rattrape en quelques cours notre niveau du YMCA et progresse vite. Bientôt, on est capables de parler thaï dans la vie de tous les jours : mission accomplie ! 💪

Notre nouveau livre de thaï et un examen réussi 🎉 (facile)

 

Alors, c’est comment le thaï ?

Si ça vous intéresse, voilà quelques infos linguistiques, en désordre :

L’alphabet

En thaï, il y a 20 consonnes (écrites avec 44 graphèmes) et 24 voyelles y compris diphtongues et triphtongues (écrites avec 13 graphèmes). Les 5 tons s’expriment selon la consonne utilisée, et avec quelques accents supplémentaires.

Comme en Birman (que Robin avait un peu appris à l’uni), il y a des sons qui n’existent pas dans les langues indo-européennes.

Par exemple, il y a un son entre le K et le G (qu’on transcrit « k », alors que K devient « kh »). Et il faut faire attention, parce que :

  • kài = poule
  • khai = œuf

Les transcriptions

La première étape pour apprendre à parler thaï est bien sûr de transcrire l’alphabet en lettres romanes.

C’est ainsi que « เชียงใหม่ » devient « chiangmai », par exemple.

Il y a beaucoup de systèmes de transcription différents, dont le système Royal. MaPrang utilise un système légèrement différent qui prend en compte les tons et la distinction entre les voyelles longues et courtes.

Les tons

Il y a 5 tons :

  • bas : à
  • médian : a
  • haut : á
  • ascendant : â
  • descendant : ǎ

Oui, ils sont importants. Preuve par l’exemple :

  • klâi = près
  • klai = loin

Les genres et formules de politesse

En général, on termine chaque phrase par une formule de politesse :

  • khráp si on est un homme
  • khá (question) ou khà (affirmation) si on est une femme

 

ℹ Vous en voulez encore plus ? Allez lire les wikis sur le thaï et sur l’alphasyllabaire thaï !

 

Parler thaï au Laos ?

Malheureusement, à peine se sent-on un peu à l’aise avec la langue, l’heure du départ arrive.

On a quitté la Thaïlande il y a trois jours et passé la frontière laotienne.

Le départ (ceci est un sac)

 

Mais bonne surprise : on peut parler thaï au Laos ! 🎉

Les deux langues se ressemblent en fait énormément, un peu comme le suisse-allemand et l’allemand. Dans cette métaphore les Laotiens sont les Suisses-Allemands, qui comprennent et parlent facilement l’allemand, alors que l’inverse est parfois plus compliqué.

Certaines règles et vocabulaire de base changent entre le thaï et le lao. Par exemple :

  • en lao pas de distinction masculin/féminin, pas de forme de politesse à la fin de chaque phrase
  • « bonjour » ne se dit pas sà-wàt-dii en lao mais sà-baai-dii, qui se traduit « ça va bien » en thaï
  • certains sons sont prononcés un peu différemment… mais globalement on se comprend !

C’est un peu dur, parce qu’on a vraiment pris le réflexe de finir nos phrases en thaï par ce fameux khráp. Les locaux nous reprennent tout le temps !

Mais on est contents, parce qu’on va encore pouvoir pratiquer quelques semaines. En Suisse, il faudra qu’on aille s’exercer dans des restaurants thaï ! (quelle bonne excuse, « je dois aller réviser ») 😊

 

Sur ce, bisous de Louang Prabang, et joe kan mài rew-rew ! 😘

9 réponses
  1. Avatar
    Greg dit :

    «joe kan mái rew-rew»… J’ai essayé dans Google Translate (mais il a cru que c’était du vietnamien). En forçant le thaï ou le laotien, il ne me trouve rien (à part un toit en laotien, ce serait le mot kan). Alors j’ai fait une recherche plus étendue dans Google, il parmi les «aucun résultat» trouvés, il me donne les parles d’une chanson de Brel (Les Bourgeois), des fables et des «éléments de langue anglaise»… Donc je donne ma langue au แมว

    Répondre
    • Robin
      Robin dit :

      Quelle recherche ! C’est parce que le système de transcription que MaPrang utilise n’est pas très commun (aucun ne l’est vraiment, je sais pas ce que Translate utilise).

      Ça veut dire « à très bientôt », littéralement « rencontrer nous de nouveau vite vite » 😊😘

  2. Avatar
    Souad dit :

    J’ai enfin compris l’histoire de la poule et de l’oeuf! Qui est venu en premier? Les deux en même temps mais l’un avec un accent et l’autre pas 😉
    Bonne suite de route à tous deux!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.