On revient d'une escapade de quelques jours à Haïphong (Hải Phòng), troisième ville du Vietnam, située dans le delta du fleuve Rouge à trois heures de train de Hanoï.

Étonnamment, personne ne va à Haïphong.

On ne trouve aucune info (ou presque) sur les blogs. Rien non plus dans les guides. La seule mention de la ville est en tant qu'étape en direction de l'île et parc national de Cat Ba (Cát Bà) : c'est de Haïphong que part le ferry.

C'est dommage, parce que la ville est très sympa et elle vaut le détour ! Son héritage colonial et ses rues bordées de magnifiques arbres nous a beaucoup fait penser au centre de Hanoï.

Un opéra jaune colonial. Ajoutés depuis l'indépendance : 17 drapeaus vietnamiens et un immense portrait de Ho Chi Minh.
L'opéra de Haïphong, construit par le gouvernement colonial en 1904
Un vieil immeuble colonial au jaune usé, coincé entre deux bâtiments plus modernes et à moitié dissimulé derrière les arbres et les fils électriques.
Un héritage parfois discret
Une dame en non la (chapeau vietnamien) vend des légumes à l'arrière de son vélo à l'ombre d'un magnifique ficus.
Vendeuse de salades à l'ombre d'un énorme ficus

Une différence de taille avec la capitale : pas un touriste. Nous qui trouvons Hanoï (en tout cas la vieille ville) beaucoup trop courue à notre goût, on a adoré se promener au centre de Haïphong.

Bon, on dit "se promener", mais peut-être qu'on devrait plutôt dire "patauger"...

Déluge + marée = inondations

On arrive à Haïphong le jour de précipitations intenses (jusqu'à 300 mm par heure) qui, couplées à une marée haute, ont causé les plus grosses inondations de la dernière décennie.

On n'avait aucune idée de tout ça en prenant le train à Hanoï le matin-même, mais on était très content·es d'avoir la chance d'assister à cet événement historique (blague).

Les rails sont sous l'eau à la gare de Haïphong Les tables et chaises d'un petit resto les pieds dans l'eau. Des enfants passent à vélo dans 20 centimètres eau.
Des gens poussent leurs motos à travers 20 centimptres d'eau On ne voit plus nos pieds à travers 30 centimètres d'eau pas très propre

Heureusement, à part les 3 h de retard qu'a pris notre train (les voies étaient sous l'eau) et des pantalons bien mouillés le premier soir, les inondations ne nous ont pas trop dérangé·s. La vie continuait en ville, les cantines étaient ouvertes, et on a même pu rattraper notre planning serré d'exploration culinaire.

Le lendemain matin, tout était déjà presque sec.

La cuisine de Haïphong

Malgré les intempéries, on a réussi à goûter quasi tout ce qu'on avait sur notre liste pour cette escapade sous un signe culinaire. Haïphong est peut-être méconnue des touristes, mais elle est réputée au Vietnam pour ses spécialités côtières, et notamment pour son crabe.

Bánh đa cua

On commence par le plat phare de Haïphong : le bánh đa cua, soupe de nouilles bánh đa au crabe.

Bánh đa cua

Les bánh đa sont des nouilles assez spéciales qu'on ne trouve pas trop en dehors du Vietnam. Elles sont facilement reconnaissables à leur couleur rouge-brune, un peu comme des pâtes de farine complète. On n'a pas réussi à trouver ce qui leur donne cette couleur, mais ça reste des nouilles de riz, et la grosse différence avec les bánh phở est que les bánh đa sont plus larges, plus épaisses et moins élastiques (en tout cas celles qu'on a goûtées).

Il n'est pas difficile de trouver du bánh đa cua à Haïphong. On en a mangé à deux endroits et la garniture était très différente. La cantine au 48 Lạch Tray est réputée et super populaire le soir. On a préféré le bouillon plus frais et aromatique au 16 Phan Chu Trinh.

Nem cua bể

Une autre spécialité au crabe : les nem cua bể. C'est un peu comme des rouleaux d'été, mais avec une autre forme et une farce à base de crabe (avec aussi du porc, des champignons et autres). On les mange un peu comme des bún chả à Hanoï : en trempant le nem cua bể, les nouilles et les herbes dans une sauce/soupe à base de nước mắm (eau de poisson).

Nem cua bể

Quán Nga est très connu pour ses nem cua bể, c'est ce qui s'approche le plus d'un resto touristique à Haïphong.

Bún cá cay

Pour le petit-dej, une option populaire est le bún cá cay, une soupe pimentée de nouilles bún au poisson frit. On en trouve aussi à Hanoï, il y a même une cantine de bún cá cay en bas de notre appartement (qui s'appelle d'ailleurs "Haïphong").

Bún cá cay

On dirait que tout Haïphong mange un bún cá cay le matin sur des petites chaises en plastique au 66 Lê Lợi.

Bánh mì cay

On a aussi été surpris·es de découvrir que la cuisine de Haïphong ne se limite pas aux fruits de mer !

Une de nos découvertes préférées est le bánh mì cay (ou bánh mì que). Il s'agit de baguettes bánh mì très fines (deux doigts d'épaisseur) fourrées au pâté, qu'on trempe dans une sauce pimentée.

Ça se commande à la dizaine, c'est très bon et très addictif, et on n'arrive pas à croire qu'on n'en avait encore jamais goûté ! (Ça se trouve à Hanoï en cherchant un peu.)

Bánh mì cay

Pour en manger à Haïphong, il faut absolument se rendre à la rue Hàng Kênh. On y trouve plein de restos spécialisés qui préparent des bánh mì cay à la chaîne (par exemple Khánh Nạp).

On n'a pas vu beaucoup de monde en manger sur place : les locaux ont l'air de les prendre à emporter (en énormes quantités), soit déjà préparés avec le pâté à l'intérieur, ou les ingrédients séparés à assembler à la maison (mini-baguettes, sauce pimentée, pot de pâté).

Bánh bèo Hải Phòng

Encore une première pour nous : le bánh bèo de Haïphong. Attention, rien à voir avec le bánh bèo de Huế, beaucoup plus populaire au Vietnam et à l'étranger. Le bánh bèo de Haïphong ressemble plutôt à une autre spécialité qu'on connaissait, le bánh giò : pâte de riz fourrée au porc et cuite à la vapeur dans une feuille de banane.

On n'a pas très bien compris la différence entre les deux, mais on sait qu'il y en a une : le stand de bánh bèo de Cô Mây vend des bánh bèo et des bánh giò. À creuser.

Bánh bèo Hải Phòng

Bánh đúc tàu

Un plat bizarre (il en faut bien, on est au Vietnam) : le bánh đúc tàu. La base est une pâte de riz similaire au bánh bèo de Haïphong, mais cette fois elle vient découpée en petits morceaux avec une garniture très variée : morceaux de papaye, viande séchée de porc, champignons, petites crevettes, et autres. La vendeuse, cô Chuyên, nous dit que c'est un plat de l'ethnie Hoa.

Bánh đúc tàu

Cô Chuyên vend du bánh đúc tàu sur le trottoir au 159 Hai Bà Trưng. On s'assied sur des petites chaises disposées en cercle autour du plat pour un petit-dej léger ou un snack dans l'après-midi.

Dừa dầm

Un dessert bizarre. (Est-ce qu'il faut vraiment le préciser ? La plupart des desserts vietnamiens sont assez bizarres.)

Le dừa dầm est un chè local à base de noix de coco. Lait de coco, morceaux de coco fraîche, et beaucoup de gélatine (vraiment beaucoup, de différentes sortes). C'est très bon si on aime le chè.

Dừa dầm

Hiền Béo est réputé pour son dừa dầm, on y voit des locaux partir avec une demi-douzaine de desserts accrochés à leur moto.

Bia Hải Phòng

Entre deux plats, un très bon moyen de prendre le temps de digérer est de prendre une bia hơi Hải Phòng. La bière locale est assez réputée mais peu répandue hors de la ville. On l'a trouvée meilleure que sa cousine la bia Hà Nội (même fabricant).

Bia Hải Phòng

La brasserie Hải Phòng vend de la bia hơi (bière pression) fraîche directement devant les cuves inox. Le grand espace en extérieur fait aussi resto et à l'heure des repas le staff insiste pour vendre à manger. Trop tard : on a déjà plus faim.

— robin & clara

Commentaires

Les commentaires ne sont pas disponibles actuellement. Pour nous répondre ou pour réagir à l'article, envoyez-nous un email !