Journal de bord

, Malacca

Autre point fort

Chat siamois couché sur le dos sur un parquet

, Malacca

Un point fort de notre visite : le village portugais où les Kristang, (descendants des conquistadors arrivés au 16ème siècle) sont chrétiens, parlent un créole portugais, et ont leur propre cuisine. Malheureusement la culture est menacée par un immense projet de développement de l'initiative chinoise Belt and Road (voir le mini-documentaire "The White Elephant" sur la chaîne YouTube "Real Life Cinema").

Statue du Christ les bras en croix au bord de la mer et sur un ciel de moutons. À l'arrière dépasse un immense gratte-ciel qui ne paraît pas à sa place.

, Malacca

Il trouve Robin fascinant/rigolo

Un bébé sur le siège de devant sourit en regardant Robin par-dessus l'épaule de sa mère

, Malacca

Déjà le départ !

Une main tient un billet Malacca-Kluang dans un car aux sièges rouges.

, Malacca

Beaucoup de tourisme chinois à Malacca (le retour des princesses)

Pub de location d'habits traditionnels en anglais et choinois, destinée aux touristes chinois qui aiment se prendre en photo en habits traditionnels en voyage.

, Malacca

Commander un café en 2024 c'est facile et efficace : (1) scanner le code QR, (2) demander à la serveuse ce que veut dire le message en chinois, (3) entrer le mot de passe (à demander à la serveuse), (4) trouver le café sur le menu digital en chinois, (5) sélectionner deux cafés glacés, (6) aller payer à la caisse, et voilà !


, Malacca

Les bars c'est mieux avec un chat

Un chat sur un parquet regarde avec insistance une petite plume bleue posée en hauteur sur un meuble. Des gens boivent un cocktail à une table à l'arrière.Selfie avec des cocktails

, Malacca

Update : on est arrivés hier midi à Malacca après deux heures de car. Les ruelles du centre historique sont complètement congestionnées, et avec le soleil ça donne très très chaud. Le soir les piétons sortent et ça se transforme en Disneyland. Si on regarde en-dessus des voitures ou de la foule, c'est joli.

Bouchon dans une ruelle lignée de petits bâtiments d'un étage sur rez.Des piétons passent sans remarquer la façade décorée de motifs floraux au-dessus des stands de souvenirs.Un carrefour décoré d'un dragon chinois qui serpente entre les bâtiments, bondé de monde en fin de journée.

, Malacca

Qu'est-ce qu'ils ont fait à ce pauvre croissant ?

Un croissant tout écrasé avec des trucs oranges et verts dessus

, Kuala Lumpur

Flo a amené du Gruyère et du vin : apéro dans des tasses et verres improvisés sur le rooftop de leur hôtel. Super retrouvailles bien suisses !

Selfie sur un rooftop avec une bouteille de vin et du fromage, tasses en céramique et découpés dans une bouteilleen plastique. On voit des gratte-ciels à l'arrière.

, Kuala Lumpur

Comme le site d'escalade est tout près des fameuses grottes/temples de Batu (sur le versant opposé de la même montagne), on se dit qu'on va quand même aller les visiter. Joli... et ultra touristique, comme prévu.

Une femme en sarong jaune descend les marches arc-en-ciel des grottes de Batu, qu'on voit s'ouvrir dans la montagne à l'arrière.

, Kuala Lumpur

Apprentissage du vocabulaire d'escalade local (en Manglish). Grimpeur en difficulté : "cannot, cannot!". Assureur, pour l'encourager : "can can!"


, Kuala Lumpur

Première sortie falaise du voyage ! Le site est pas très nature (gazon) mais la falaise est belle et proche de KL. Il fait chaud mais ça fait quand-même super plaisir de grimper sur du caillou.

Falaise sur un relief karstique au soleil.

, Kuala Lumpur

On se faufile entre les stands du marché de Chow Kit. Fruits, légumes, poissons, plein de choses qu'on ne reconnaît pas. On ressort avec 1,5 kg de mangousans.

Une allée du marché, sous un toit en tôle aux vitres de plastique teinté. Un vendeur de légumes fait un grand sourire à la caméra.Dans le marché, Robin au milieu des fruits tropicaux colorés : bananes, mangues, pastèques, etc.

, Kuala Lumpur

Mall énorme où il est possible de boire un café en terrasse sur une place (sans la chaleur et les gaz d'échappement de la rue).

Des terrasses de café sur une place à l'intérieur d'un mall, enseignes de mode et de montres le long des galeries au-dessus.

, Kuala Lumpur

Gros food coma après notre visite de Brickfields (quartier indien) ce matin.

Quatre stops : galettes dosa et appam au petit-dej, samosa pour 10h, feuille de banane à midi, et barfi pour le dessert.

Clara à une cantine feuille de banane, où on sert du riz accompagné de différents currys sur des feuilles de banane.

, Kuala Lumpur

On fait aussi un peu de shopping pour remplacer certains t-shirts qui commencent à ressembler à de la dentelle. Clara est très contente de son acquisition (2 euros à la friperie, moins cher que le croissant).

Une friperie très remplie, passage entre les habits difficile.Clara porte un t-shirt gris avec deux chats dessinés. Elle coupe un cornetto à la crème de pistache.

, Kuala Lumpur

Mais c'est franchement pas très agréable de marcher au centre de KL (trafic, chaleur). Nos vrais coups de cœur se trouvent plus près du sol : une soupe au bœuf et un pancake à la coco à Chinatown.

Un cuisinier prépare un bol de soupe de bœuf derrière un stand qui porte l'inscription "Beef noodles" en anglais et chinois.Un vieux monsieur retourne les pancakes qui sont en train de cuire sur une plaque posée sur son petit stand.

, Kuala Lumpur

Aujourd'hui on marche entre les gratte-ciels, parsemés d'un ou deux bâtiments du patrimoine.

Mosquée sur fond de gratte-ciels.Les tours Petronas derrière d'autres gratte-ciels.

, Kuala Lumpur

Premières impressions : beaucoup de monde, rythme effréné. Ville contrastée, moderne et chaotique. Chaud et sale. Ça nous rappelle certains coins de Bangkok ou Manille.


, Kuala Lumpur

Ok ça change

Énormes gratte-ciels sur fond de ciel bleu.

, Train pour Kuala Lumpur

Dans le train pour KL !


, Ipoh

Devinez qui a reçu une fourchette pour manger ses nouilles (pour la deuxième fois à Ipoh)

Une grosse main tient une fourchette et une petite main tient des baguettes, en-dessus de deux assiettes de nouilles au curry.

, Ipoh

Tous les desserts méritent une deuxième chance, même le Ais Kacang (voir 6 juillet). On va exprès a un stand qui est réputé pour en faire un très bon.

Verdict : c'est moins pas bon. Mais on préfère quand les desserts sont un peu plus moins pas bons.

Ais kacang vu du haut, il y a beaucoup trop de couleurs dans ce dessert.

, Ipoh

Visite guidée d'un club-house où se retrouvaient des migrants hakka (de Guangdong, Chine) qui avaient fait fortune pendant la ruée vers l'étain (XIXème). On reste dans le thème et mange hakka pour midi : on teste les "perles de boulier", raviolis de taro et tapioca sautés avec du porc et des champignons, symbole de prospérité.

Un groupe est assis autour d'une salle richement décorée, grands miroirs et catelles géométriques.Perles de boulier hakka, des boules de taro et tapioca sautées.

, Ipoh

Gilbert est plus long que Robin (et nage mieux aussi). Vu au bord de la rivière Kinta, en plein centre-ville, en début de soirée.

Un varan malais sur une dalle cimentée au bord d'une rivière, vu du haut.

, Ipoh

Plein de chouettes choses au temple Kek Look Tong : une grotte, un sentier de réflexologie, des carpes koï, des tortues, des gens qui font leur sport.

Entrée du temple, un trou béant dans la falaise.Clara photographie des stalactites dans la grotte.Robin sur le chemin de réflexologie, couvert de petits cailloux qui font mal aux pieds.Clara sur le bord d'un bassin plein de carpes énormes et colorées.

, Ipoh

Qu'est-ce que c'est ?

Une petite tête sort de l'eau d'un étang, on voit deux petites narines et une petite bouche.

, Ipoh

C'est l'anni de Robin ! Son gâteau est une galette de riz fourrée (popiah) tellement populaire qu'on l'attend presque une heure avec une foule de locaux.

Fabrication des popiah à un petit stand, un max de galettes sont disposées sur le comptoir et fourées par batches.Des galettes popiah servies roulées et couvertes de sauce dans une assiette en plastique jaune.

, Ipoh

Disons ce que tout le monde pense : Ipoh, l'hippo-po


, Ipoh

Notre prochain stop est à à peine 45 minutes de train de Taiping : Ipoh, chef-lieu de l'état de Perak et quatrième ville de Malaisie. On arrive sous la pluie.


, Taiping

Et après ça il s'est finalement mis à pleuvoir, enfin la vraie expérience locale.


, Taiping

Ce matin tôt, balade patrimoine à Taiping. Photos : la Rest House (1894) qui tombe en miettes derrière une palissade, et l'ancien hôtel Peace (1928) aux colonnes décorées de tuiles peranakan.

Rest House construite par les anglais en 1894, aujourd'hui abandonnée et à moitié cachée derrière une palissade.Colonnes blanches à l'arrière de l'hôtel Peace, décorées de tuiles aux motifs floraux et d'oiseaux. Cette partie du bâtiment est datée 1930, c'est la façade avant qui datée de 1928, avec ses colonnes ornées non seulement de tuiles mais aussi de bas reliefs de lions rugissants.

, Taiping

Nasi goreng chicken chop : riz sauté et poulet frit, un plat créé en Malaisie par des migrants de Hainan (Chine) qui travaillaient dans les cuisines anglaises, pour plaire aux papilles occidentales. Résultat : une gravy remplace les épices et la sauce pimentée.

Clara mange un nasi goreng chicken chop dans une cantine chinoise, chaises en plastique jaune.

, Taiping

Balade aux jardins coloniaux des lacs de Taiping : oiseaux, tortues, promeneurs, et arbres à pluie centenaires.

Un immense arbre à pluie ombrage la promenade au bord du lac de Taiping.Arbres et nuages se reflètent dans le lac de Taiping tacheté de lotus roses.

, Taiping

Un petit groupe de cinquantenaires (guitare, basse, batterie) anime le marché de street food. Le guitariste dédie une cover de Deep Purple à Robin : "For our foreigner, Soldier of Fortune!"


, Taiping

Premier ais kacang et on se dit que la Malaisie n'a rien à envier au Vietnam en termes de desserts bizarres.

Un énorme tas de glace pilée (main de Clara pour l'échelle) arrive, fumant, couvert de sirop rose fluo (au goût indéterminé) et où trônent trois boules de glace (aux haricots ?) accompagnées de cacahuètes salées. Il y a une cuillère mais aussi une paille, pour atteindre le niveau inférieur de la confection, où se cache un sirop magenta opaque et plein de surprises : des grains de maïs, des haricots rouges, deux litchis, des pâtes de fruits, et des asticots de gelée noire au goût fumé.

Clara devant un énorme dessert glacé qui fait trois fois la taille de sa main, posé sur la table en plastique d'un food court.

, Taiping

Une petite heure de train régional et on arrive à Taiping, connue pour être la ville la plus pluvieuse de Malaisie. Il fait 35 degrés et grand soleil pour nos 20 minutes de marche jusqu'à l'auberge.


, George Town

Au revoir Penang ! On reviendra c'est sûr : on n'a pas eu le temps de manger tout ce qu'on voulait.


, George Town

Si les viennoiseries te manquent après un long voyage en Asie, viens manger un croissant chez Le Dux.


, George Town

La deuxième salle de bloc qu'on teste à George Town a un avantage très fluffy.


, George Town

On discute avec un monsieur dans le bus : "Singapore food no good lah, only business".


, Balik Pulau

Plan B : dégustation de durians. Le village est réputé pour ses fruits puants qu'on sent dès la sortie du bus. On sort de notre zone de confort et goûte deux variétés très différentes, la 700 et la Red Prawn. C'est bien meilleur que dans nos souvenirs — on en remangera !

Stand de durians de toutes sortes, les employés s'occupent de couper et empaqueter les fruits.Robin regarde les deux durians ouverts sur la table. Il enfile un gant pour les manger.

, Balik Pulau

Ce matin on fait une heure de bus pour le village de Balik Pulau (à l'autre extrémité de l'île) où on veut aller faire du vélo dans la campagne. On a nos casquettes et la crème solaire. En sortant du bus, il pleut des cordes, on finit trempés en cinq minutes.


, George Town

Robin commence ce roman d'une autrice malaisienne, déniché aujourd'hui dans une librairie

Roman "The sum of our follies" par Shih-Li Kow

, Parc national de Penang

Aujourd'hui, expédition Indiana Jones à travers la jungle du parc national de Penang. Petit article à venir !


, George Town

Et de ça :


, George Town

On ne fait pas *que* manger, il y a aussi pas mal de ça :


, George Town

On goûte à une autre cuisine locale pour ce petit-dej : dosai, idli et thé au lait. On agrémente les dosai de sauces de bacs partagés.

Bienvenue dans le quartier de Little India, où on mange avec les mains.

Restaurant de petit-déjeuner : les gens se partagent les tables et mangent à la main.Nos dosai (sortes de galettes farcies) et idli (petits pains) sont servies sur des feuilles de papier. Au centre de la table, des gigantesques bacs de sauces partagés.

, George Town

Précision : on a sauté le repas de midi après ça (fini de manger vers 11h). Maintenant c'est reparti pour le festin du soir.


, George Town

Un petit-dej à Penang. Quelqu'un a dit capitale culinaire ?

Chee cheong fun, crêpe de riz à la vapeur avec sauce sambalKway teow th'ng, soupe de nouilles aux boulettes d'anguilleLaksa, soupe de nouilles malaisienneChendul, dessert malaisien liquide avec de la gélatine au pandan et de la glace pilée

, George Town

Ce séjour commence très très bien

Clara devant trois portions différentes de raviolis chinois.Chacun une boule de glace en cornet dans une ruelle de Penang.

, Penang Besar

Panneaux de la petite gare de Penang Besar, en attendant le train régional pour Butterworth.

Panneau "interdit aux durians"Panneau "Danger! Interdiction d'utiliser des selfie sticks sur la plateforme"

Retour sur 24h à Bangkok

Intersection ensoleillée avec une passerelle piétonne au-dessus de la route, et un métro aérien au-dessus de la passerelle.Vendeuse de riz gluant à la mangue, à côté de son tas de mangues.Clara devant une assiette de riz au poulet dans une cantine populaire.

, Frontière malaisienne

16 petites heures de train et on est finalement en Malaisie !


, Bangkok

Pad thai !


, Bangkok

Après 9 heures de train : Bangkok ! Pas fatigués, on part à la découverte du quartier de notre auberge.


, Nong Khai

On nous rappelle quand-même qu'on est en Thaïlande avec des portraits du roi partout (et des nouvelles de la famille royale à la télé).


, Nong Khai

Pas trop dépaysés en passant le Mékong. On échange la Beer Lao pour de la Chang ou de la Singha, et la salade de papaye verte s'appelle "som tam" plutôt que "tam som". Après tout c'est la même ethnie des deux côtés de la rivière (les lao)

Bière sur un petit banc au bord du MékongSalades pimentées de la cuisine Isan : som tam, salade de porc fermenté, salade de poisson chat frit, et une bière Chang

, Nong Khai

On enchaîne eau de la rue et eau de la piscine de l'hôtel, bientôt des poissons


, Nong Khai

Décidément, on a un talent pour se retrouver au bon endroit au bon moment.

Selfie avec nos gros sacs à dos dans une ruelle inondée, des employés de la ville travaillent à l'écoulement à l'arrière.Nous pieds dans 20 centimètres d'eau brune

, Frontière thaïlandaise

On est en Thaïlande !


, Vientiane

À bientôt Vientiane : on prend le bus direction la frontière thaïlandaise, avec un énorme café dans un sac plastique de glaçons (avec une boîte de conserve entière de lait condensé).


, Vientiane

Petit pique-nique à la tombée de la nuit au bord du Mékong (pousses de bambou et poisson mok pa, riz gluant)

Pique-nique emballé dans des feuilles de bambou sur des grandes marches en béton au bord du Mékong

, Vientiane

Trouvé des plats lao au 3ème étage d'un centre commercial décrépi : tam maak hoong (salade de papaye verte, équivalent du som tam en Thaïlande) et lap (salade de viande pimentée avec du riz gluant).

Ça rappelle des souvenirs !

Une dame prépare une salade de papaye verte, les ingrédients étalés devant elle sur le comptoir : papaye, tomates, haricots, piment.Robin mange un lap au centre commercial, on voit une rangée de stands derrière lui.L'entrée décrépie du centre commercial décrépi

, Vientiane

Arrivés hier vers 16h, galéré pour aller de la station de bus au centre-ville, mettre la main sur des kip, et trouver un truc local à manger. Ce matin on sent les effets de ~22h de bus, on va faire tranquille aujourd'hui.


, Douane laotienne

Frontière passée, plus que 12 heures de bus jusqu'à Vientiane !


, Douane vietnamienne

Le carrosse s'arrête pour attendre que la douane ouvre, la clim est coupée et il commence à faire très chaud. Je (Robin) sors pendant que Clara reste dormir. Vers 4h une dame sort des tables en plastique et je lui prends des bánh cuốn et un café.

Bánh cuốn et ma liseuse sur une table en plastique rouge à la douane du Vietnam. Des camions et notre car sont à l'arrêt.

, Hanoï

Et maintenant, carosse pour le Laos

Bus de nuit avec des couchettes bien séparées, lumières néon

, Hanoï

Hanoï, premier vs. dernier jour (au même bún chả sur notre rue)

Clara mange un bún chảSelfie au même bún chả

, Hanoï

Dernière soirée à Hanoï et on teste un chè bizarre : lait de coco, glaçons, gelée et boules de tapioca colorées, et un flan qui flotte au milieu. Le plus étonnant ? C'est bon !

Un dessert "chè", des jellies et boules de tapioca colorés dans du lait de coco. Un petit flan flotte au milieu du bol.

, Hanoï

D'ici le départ dimanche on va essayer de manger tous les plats qui restent sur notre liste, ici le miến ngan (soupe de nouilles translucides à l'oie)


, Hanoï

Après deux mois à Hanoï, on se prépare à reprendre la route direction la Malaisie ! On relance un journal de bord pour l'occasion.

Clara boit un café à la coco dans un café de Hanoï

Vous êtes arrivé·es à la fin du journal de bord ! P.S. si vous cherchez le journal de notre trajet de la Suisse au Vietnam entre décembre 2023 et avril 2024, c'est par ici.