Étonnamment, le trajet en train Lausanne – Istanbul se goupille (relativement) facilement et rapidement. C'était la première section de notre parcours sur les routes de la soie et elle s'est déroulée presque sans souci ! Voici un petit témoignage, pour celles et ceux qui s'intéresseraient à reproduire l'expérience.

Attention, cet article va être dense en informations logistiques. Vous êtes prévenu·es.

Un peu de contexte

On décide de partir le 24 décembre 2023, deux problèmes s'imposent donc :

  1. On est en saison basse, certaines lignes de transports sont annulées et les fréquences diminuées.
  2. C'est les fêtes, il y a donc plus de voyageur·ses qu'à d'autres moments de la "saison basse".

Avec ces deux éléments combinés, les cabines ont parfois été bien remplies. Le train de nuit que l'on voulait prendre jusqu'à Istanbul était par exemple quasi-complet plusieurs jours d'affilée !

Le programme

  • 24 déc. : (Départ 6:19) Lausanne – Zurich – Vienne (Arrivée à 18:32)
  • 24 au 25 déc. : (Départ 19:42) Vienne – Bucarest (Arrivée à 15:06, on passe la nuit à Bucarest.)
  • 26 déc. : (Départ 10:50) Bucarest ­– Ruse – Gorna Orjahovitsa – Dimitrovgrad (Arrivée à 22:00)
  • 26 au 27 déc. : (Départ 23:15) Dimitrovgrad – Istanbul (Arrivée prévue à 6:34, mais en vrai, pas mal plus tard)

De Lausanne à Vienne (24 déc.)

De nos expériences allemandes, on est devenu·es un peu paranos des trains qui arrivent constamment en retard. On avait oublié qu'en Suisse, les trains sont à l'heure (et même à la minute) ! On part donc de Lausanne beaucoup trop tôt (6:19) pour arriver à Zurich deux heures en avance par rapport à notre prochain trajet...

Finalement, ces deux heures nous ont laissé le temps de faire le plein en café, eau et pique-nique. On va passer la quasi-totalité des deux prochains jours dans des trains. Autant dire qu'il faut quelques préparations de survie !1

Le train Zurich (10:40) – Vienne (18:32) se déroule comme sur des roulettes. Il y a de magnifiques vues tout le long du trajet et on n'arrête pas de prendre des photos. Rien que pour ça, ça vaut la peine de partir de Zurich de jour !

Vue du train : gigantesques montagnes plongeant dans le lac
Vue sur le lac de Zurich

De Vienne à Bucarest (24 au 25 déc.)

Arrivé·es à la gare de Vienne, on a une heure avant le départ de notre train de nuit pour Bucarest (19:42). En temps normaux, ce serait le moment idéal pour acheter un petit quelque chose à manger ou à boire. Mais on est assez bêtes aventureux·ses pour partir la veille de Noël, quand tout est fermé. Heureusement, on avait acheté un houmous, un fromage, un concombre et une bouteille de vin à Zurich. On est paré·es !

Le train de nuit qui relie Vienne à Bucarest offre plusieurs types de couchettes différentes. Vu qu'on allait passer 19 heures dans le train, on a payé le supplément (environ 70 euros) pour avoir une cabine privée pour deux. Notre cabine avait même des toilettes ! Autant dite qu'on a adoré, et on a maintenant peur de ne plus jamais pouvoir apprécier les cabines "normales" pour six personnes.

Cabine de train : deux couchettes sur la droite, la salle de bain sur la gauche, la fenêtre en face
Notre cabine de luxe

Le train arrive dans l'après-midi le lendemain à Bucarest (15:06, une heure de décalage horaire avec Vienne). En cette saison, c'est trop tard pour prendre un autre train le jour même vers la Bulgarie. Il nous faut d'abord passer la nuit du 26 décembre à Bucarest.

De Bucarest à Dimitrovgrad (26 déc.)

Comme nous l'indique l'article sur le parcours Bucarest – Istanbul de seat61.com2, il y a un train direct reliant les deux villes en saison haute. Malheureusement, on tombe en saison basse et le parcours se divise donc en plusieurs sous-sections :

  1. 3 trains de jour : Bucarest (Roumanie) – Ruse (Bulgarie) – Gorna Orjahovitsa – Dimitrovgrad
  2. 1 train de nuit : Dimitrovgrad – Istanbul

Trois trains en une journée, ça peut faire peur, mais les horaires s'emboîtent très bien (c'est fait pour), et sont consultables sur le site de la BDZ. Les trajets de Bucarest à Ruse, et ensuite jusqu'à Gorna Orjahovitsa peuvent se commander sur internet en avance. Il suffit ensuite d'aller retirer les billets de train physiques à la gare de Bucarest Nord3.

Hall de gare illuminé, des panneaux publicitaires et décorations de Noël pendent du plafond
Gare de Bucarest nord

Le train de Gorna Orjahovitsa à Dimitrovgrad, puis le train de nuit jusqu'à Istanbul ne peuvent être achetés directement qu'à un guichet de train bulgare. Il faut donc attendre Ruse ou Gorna Orjahovitsa pour obtenir ces derniers billets.

À l'arrivée à Ruse en Bulgarie, trente minutes de battement entre les trains sont normalement prévues. La vérification des passeports par les douaniers a pris vingt minutes en tout. On prévoyait d'acheter les derniers billets à ce moment-là ; mais les minutes défilant, on a finalement juste eu le temps d'attraper le train suivant direction Gorna Orjahovitsa4.

Gare de Ruse
On attend la vérification de nos passeports à la gare de Ruse

À Gorna Orjahovitsa, on est les premier·ères personnes devant le guichet de vente. La dame parle anglais et nous annonce qu'il n'y a plus qu'une couchette de libre dans le train de Dimitrovgrad à Istanbul ce soir-là. Zut.

Heureusement pour nous, deux places sont libres pour le lendemain (27 déc.). On décide donc de poursuivre notre trajet jusqu'à Dimitrovgrad, y passer la nuit et la journée du 27, avant de prendre le train de nuit pour Istanbul. Nos billets en main, on quitte la gare de Gorna Orjahovitsa à 17:30 pour arriver à Dimitrovgrad à 22:00.5

De Dimitrovgrad à Istanbul (27 au 28 déc.)

Le 27 décembre, après une journée à faire le tour des attractions de Dimitrovgrad, on prend le train de nuit partant à 23:15. On a une cabine à quatre couchettes — elles sont larges et confortables, bien qu'un peu courtes pour Robin.

Robin est couché sur sa couchette, ses pieds dépassent largement
Nos couchettes pour Istanbul

Autour de minuit, à Svilengrad, on passe la douane bulgare, les douaniers embarquent nos passeports pour un contrôle au poste. Vers 1:30, le temps que les douaniers bulgares nous rendent nos passeports et après une petite demi-heure de train, on arrive à la douane turque Kapıkule.

Ayez toutes vos sacs prêts pour débarquer. Les douaniers turcs ne font pas les choses à moitié, il faut sortir du train avec tous ses affaires sacs afin de :

  1. recevoir un tampon dans son passeport
  2. passer ses sacs aux rayons X
  3. attendre que le train vide se fasse contrôler

C'est un peu longuet, mais il y a quelques bons côtés : des chats partout, un duty free, un kiosque avec du café. Bref, on avait le cœur léger après avoir caressé tout un tas de chats au moment d'aller se coucher.

Les gens font la queue, un chat est à leurs pieds
On fait la queue pour passer nos sacs aux rayons X
Plateforme de gare sombre, la seule lumière vient du duty free
Duty free à la douane turque

Pour finir, le trajet s'est déroulé sans problème. Heureusement pour nous, ce train de nuit a souvent du retard. Plutôt que d'arriver à 6:34 comme prévu, on a eu quelques heures de sommeil supplémentaires en arrivant vers 8:00 (une heure de décalage horaire avec la Bulgarie, deux à l'heure d'été).

De la gare de Halkalı, on rejoint très vite le centre d'Istanbul puis Kadiköy, de l'autre côté du Bosphore, en prenant le train régional6. À partir de là, le programme va de soi : une douche pour se rafraîchir et un café turc pour se réveiller.

Bienvenue à Istanbul !

— clara & robin

Footnotes

  1. À refaire, on prendra sûrement le train Lausanne – Zurich qui arrive une heure plus tard. Assez de temps pour quelques courses, mais pas trop non plus, faut pas exagérer.

  2. seat61.com est LA référence pour les voyages en train en Europe et dans le monde. C'est à l'origine un projet personnel devenu sorte de ressource collaborative, on y trouve itinéraires, horaires, photos, conseils...

  3. La gare principale de Bucarest, appelée Bucureşti Nord en roumain.

  4. Gorna Orjahovitsa s'écrit Горна Оряховица en cyrillique.

  5. Pour éviter la nuit à Dimitrovgrad, il aurait été possible de prendre un bus de nuit partant le soir même de Haskovo, ville voisine de Dimitrovgrad, jusqu'à Istanbul. On a préféré éviter.

  6. Plus d'infos sur comment prendre le train Marmaray dans l'article de seat61.

Commentaires

Les commentaires ne sont pas disponibles actuellement. Pour nous répondre ou pour réagir à l'article, envoyez-nous un email !